recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Rêverie matinale

J’aime me lever tôt, profiter des heures qui s’offrent à moi avant le lever du jour pour aller faire quelques pas dans ma campagne, dans le calme champêtre : la regarder s’éveiller, entendre les oiseaux qui eux aussi ont terminé leur nuit, les regarder s’envoler si mes pas se font trop pressants, prêter l’oreille quand le brouillard est trop dense et semble envelopper d’un voile de coton champs et forêts.

J’aime porter attention aux évolutions de la nature d’un jour à l’autre selon la météo. Elle a ses humeurs, la nature ! Comme chacun d’entre nous…Mais elle a la faculté de nous transmettre sa quiétude, sa sérénité. À tel point, que je suis capable de rester là – assise, sur une pierre auprès de la rivière ou au pied d’un arbre de la forêt calme et majestueuse  – pendant plusieurs minutes pour m’abandonner au mode d’existence de ces choses tranquilles. Mes projets en cours prennent forme dans ces moments de solitude en goûtant l’odeur de « ma » terre. Ces petits riens qui sont souvent les plus beaux pour celui qui sait les regarder avec authenticité bouleversent mon monde intérieur, m’offrent des pensées que je choisis de cultiver sachant que mon existence extérieure sera le reflet de ce que je perçois au plus profond de mon être.

Mais la nature, ce matin encore, a écourté mon voyage au pays des rêves. Elle est triste, elle pleure depuis plusieurs jours. Ressent-elle les événements tragiques qui éclatent à plusieurs endroits du monde ? D’abord de petites larmes puis de plus gros sanglots qui m’obligent alors à sortir de mes rêves, à reprendre le chemin. Quel est cet oiseau dérangé par mes pas qui court au devant de moi, d’un vol bas  dans ce champ détrempé pour rejoindre, lui aussi, son nid tendre et douillet? J’aperçois ma cheminée au travers des peupliers, la fumée qui s’y dégage me réchauffe déjà. Un regard en arrière, j’embrasse une fois encore cette campagne comtoise qui berce mon existence.

Publicités

4 Réponses

  1. C’est quand même surprenant (voire inquiétant) comme je vois tout à fait ce que tu veux dire… je me retrouve tellement dans tes mots… Sauf peut-être que je ne suis pas une lève tôt, et mon moment préféré est celui où les oiseaux se mettent tous à chanter à tue tête, le soir, au coucher du soleil, puis s’arrêtent d’un coup… Une émotion incroyable m’envahit alors…
    Passe un bon dimanche :)

    27 février 2011 à 13 h 39 min

    • Encore des mots poétiques juste dans un commentaire.
      Qui n’ont que d’autre but que celui de me plaire.
      Puissent les oiseaux encore chanter longtemps
      Pour garder à jamais notre cœur d’enfant!

      27 février 2011 à 14 h 02 min

  2. Den'

    J’adore moi aussi venir et revenir me promener et rêver chez toi…
    Comme Drine, j’ai tellement l’impression de me retrouver dans tes pensées et réflexions…
    Ce matin encore, une fois que ce croissant du dernier quartier de lune s’était estompé, j’étais heureux d’entendre les merles s’égailler en se faisant la voix, annonçant une belle journée à venir…
    Merci et bonne balade !

    1 mars 2011 à 7 h 43 min

    • Merci et en même temps j’ai ma réponse à la question-tweet quant au temps à Nancy.
      Bises

      1 mars 2011 à 7 h 54 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s