recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Le mystère du lavoir

Alors enfant, les aventures ne nous faisant pas peur, nous gambadions dans le village et aimions s’arrêter au lavoir pour y faire les pitres.

Les habitants plus âgés, les ronchons, comme on les appelait se sentant bien intentionnés, avides de transmettre un savoir ou encore dérangés par les cris et rires des enfants,  s’approchaient et nous contaient la légende de la nymphe qui habitait ces lieux. En y mettant tout leur savoir-faire, ils avaient le don de nous mettre dans l’inquiétude, le doute … Aussi sauvageons que nous puissions l’être, aussi crédules pouvions nous l’être!!

Ils nous racontaient l’histoire d’une Dame aux yeux verts comme les prés et qui parcourait la campagne comtoise vêtue d’une grande tunique blanche. Ses longs cheveux étaient attachés  d’une escarboucle en grenat ornée de deux serpents. Aux beaux jours, elle se baigne dans les endroits frais et le lavoir est un des lieux qu’elle affecte particulièrement. C’est alors qu’elle dépose son torque qui rayonne et attire l’homme. Gare à celui qui veut le dérober : des centaines de vipères et serpents surgissent d’on ne sait où et poursuivent alors le malheureux jusqu’à le faire mourir s’il ne lâche pas la pierre précieuse à temps …

Nous nous sommes toujours inquiétés quant à l’existence de cette mystérieuse Dame mi-femme, mi-déesse. Et aujourd’hui encore, trente années plus tard, quand je retourne au village de mon enfance, ce lavoir me rappelle la légende de cette Dame appelée « la Vouivre », ou « Olga » ou je ne sais encore quel nom selon les habitants de la vallée de la Saône.

Y a-t-il encore aujourd’hui des enfants aussi crédules qui viennent au lavoir, des papys qui viennent à eux leur raconter cette légende pour les faire quitter ce lieu soit-disant dangereux?

Publicités

4 Réponses

  1. La Vouivre, méfie-toi, on peut la rencontrer dans beaucoup d’endroits…

    5 mars 2011 à 23 h 26 min

    • On en parle aussi chez toi?

      6 mars 2011 à 8 h 37 min

  2. Oui, vers Mouthe à la source du Doubs… On dit que la tante Arie aussi, à la fontaine d’Etobon peut se changer en Vouivre…
    Un peu partout où il y a de l’eau en fait!

    6 mars 2011 à 20 h 38 min

    • J’aime les légendes qui courent dans notre beau pays.

      7 mars 2011 à 8 h 04 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s