recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Ce que j’aime

Derrière la porte

Je me demande souvent ce que je trouverais en ouvrant la porte qui mène à ma mémoire enfouie. J’aimerais pouvoir l’ouvrir pour y découvrir ce qui a décidé de ma vie actuelle, ce qui bouscule mon existence, ce qui fait que je ne me sens pas moi au sein de cette société.

Peut-être qu’en franchissant le seuil , je découvrirais ce long couloir de la maison de mon enfance qui me revient en souvenir. Ce long couloir où nous courions pour aller justement se cacher derrière une de ces portes et qu’il fallait ouvrir l’une après l’autre pour te retrouver toi mon frère qui avait l’art de disparaître avant même que le jeu ne soit commencé.

Et si derrière chaque porte se cachait une face de sa personnalité? Le moment infime où se décide l’avenir?

Je me demande ce qu’il y a derrière cette porte? Ai-je ouvert la bonne, le jour de mon départ vers la vie?

Publicités

Danse la vie

Ma balade en forêt ce matin m’a fait découvrir un sentier où je n’avais pas encore posé les pieds. J’ai hésité d’abord puis l’envie de découvrir plus encore a été la plus forte. J’ai alors écouté le bruissement des feuilles dans le grand chêne qui se trouvait à ma droite, aperçu plus loin une merlette qui dansait sur la musique de la forêt. Cette musique que tu ne peux apprécier que si tu prends le temps de t’arrêter et d’écouter. Oui intéresse-toi à la musique de la nature, à la symphonie de la vie. Tu feras alors comme cette merlette, tu danseras la vie. Mais ne choisis pas la danse rapide, danse lentement car la vie est courte.

Ne cours-tu pas assez toute la journée ? Entends-tu vraiment la réponse à la question que tu as posée? N’as-tu pas perdu le contact avec un ami parce que tu n’as pas pris le temps de l’appeler, de lui écrire?

Pose-toi pour apprécier ce qui t’es donné chaque jour pour ne rien manquer au plaisir quotidien.

Telle est ma devise depuis que la chanson de la vie a failli se terminer pour moi il y a bientôt un an …

         Chante et danse encore longtemps !

 


Là-bas

(merci Manu)

Laisse-moi entrevoir ce petit coin de ciel bleu sans mot dire

Laisse-moi partir là-bas où tu ne me trouveras pas

Laisse-moi danser sur la musique du vent dans les grands peupliers

Laisse-moi ouvrir les bras pour accueillir l’odeur de l’aventure

Laisse-moi garder mon âme d’enfant pour espérer encore

Laisse-moi pleurer encore en pensant à l’ami généreux

Laisse-moi m’enivrer du grand air et n’avoir pas d’autre règle

Laisse-moi soulager mon cœur quand la nuit tend son voile

Laisse-moi vouloir glisser les étoiles dans la poche du malheureux

Laisse-moi être l’humble galet du ruisseau aux eaux limpides

Laisse-moi respirer encore l’odeur de ma terre natale …

                                                           Jusqu’au jour où la vie décidera de m’emmener là-bas !


Il suffirait de peu

Et si on faisait semblant de faire semblant de rien,
juste un peu fermer les yeux,
rien que  croire juste un tout petit peu

Que les hommes penseront à demain!


Je t’emmène avec moi ?

Clerval

Aujourd’hui, nous allons, si tu le veux, visiter le village de Clerval qui est situé dans le département du Doubs, en Franche-Comté.

Ce village tranquille « Clair-Val » niché au creux d’une vallée encadrée par de pittoresques rochers est traversé par la rivière qui porte le nom du département.

(un site très intéressant pour en apprendre davantage)

S’éloigner du village, traverser la voie ferrée et suivre un petit sentier le long des berges du Doubs pour découvrir l’ancienne écluse.

ancienne écluse avec sur l’autre rive,  la microcentrale hydroélectrique de

Chaux-les-clerval

Tu ne devineras jamais ce que j’ai ressenti en découvrant ce coin perdu au milieu de nulle-part : la maison de l’éclusier qui tombe en ruine, son puits, les escaliers qui conduisaient cet homme sur son lieu de travail. Ce barrage aujourd’hui ne sert plus qu’à maintenir le niveau des eaux dans le bief de Clerval.

La micro-centrale de Chaux-les-Clerval datant de 1905

Tu veux voir le puits?

Il est une place au village, nommée Place du Gravier. Le Doubs est tout à côté. Ce jour ensoleillé de mai, grenouilles et autres batraciens s’étaient donnés rendez-vous pour un concert improvisé en plein après-midi.

De là, tu vois la roche séparer deux commerces, la boulangerie et la café des pêcheurs. C’est la roche Cassemaille qui a été rectifiée en 1987 pour améliorer la circulation.


Un ruisseau souterrain dont le trajet n’est pas clairement défini s’étire à Clerval: c’est  » le petit Monnot ». Il est visible sur seulement quelques mètres dans un point bas de la ville où il alimente une fontaine-lavoir construite au milieu du 18è siècle avant de se jeter dans le Doubs.
  En cas de fortes pluies, ce ruisseau prend des allures de torrent et se déchaîne au point que la fontaine-lavoir est submergée sous 2 à 3 mètres d’eau. Pratique !!!


En amont du Doubs, une autre construction a été réalisée par les Voies Navigables de France : la passe à poissons. Elle est constituée de bassins successifs qui permettent aux poissons de franchir le barrage situé plus en aval.

Ces villages que nous traversons sans prendre garde méritent tous un arrêt prolongé afin d’en percevoir l’âme et la beauté qui s’en dégagent.


Petite fée

 Djamila, petite poussinette de 7 ans, partagée entre l’amour que lui porte ses parents et la déchirure qui se produit dans le couple.

Petite bonne femme, qui – parce que papa a retrouvé un travail – se doit de gérer la fratrie jusqu’à signer le cahier de son petit frère car maîtresse commence à crier. Le cahier est sorti de la classe depuis une semaine déjà !

Petit papillon dans ma classe, toujours à voleter de droite de gauche sans jamais se poser plus de deux minutes.

Petite désespérée qui – puisque fête des mères il y a – pensait revoir sa maman partie depuis 3 mois et à qui papa refuse la garde du Week-End.

Petite puce qui là, devant mon moi, pleure à chaudes larmes :  Tu ne comprends pas la vie des grands. Tu as ce petit présent à offrir et dimanche qu’en feras-tu? Maman ne sera pas là, dimanche ne changera rien, dimanche sera un jour comme un autre avec un peu plus de peine dans ton coeur de petite princesse.

Dans un sanglot, plus fort encore, tu m’expliques  -toi à 7 ans- que tu n’emmèneras pas le cadeau à la maison puisqu’il ne pourra être offert. Et là, les larmes qui s’accumulaient au bord de mes paupières, glissent lentement le long de mes joues.

T as beau être instit’, avoir une certaine dose de psychologie, dans ces moments-là, tu es MAMAN …

Alors oui, ma « louloute », dimanche j’aurai une pensée énorme pour toi et peut-être que la magie aura lieu …


Une pensée pour deux twittos

Je sais qu’ils se reconnaîtront les deux « piou-piou » auxquels j’ai pensé pendant ma balade au milieu des bois cet après-midi.

Assez surprenant de penser à des personnes avec qui je ne communique que par ce réseau qu’est Twitter. Je ne les connais pas mais par différentes phrases échangées, je m’aperçois que nous avons tant de  points communs !

L’une d’elle est ma jumelle de pensée.

L’autre personne est celle qui tient en haleine mes loulous depuis quelques mois.

Toi, je te  rencontrerai d’ici quelques jours : internet ne transmettra plus les mots, ils seront dits de vive voix et l’échange sera immédiat. Comment ne pas penser à toi en découvrant ce piège à loups ? (Par la même, je dois citer Philippe sans qui je ne serais jamais allée poser mes pieds dans cette forêt pour y découvrir cette «  louvière « )

Et toi, aurons-nous l’occasion de faire connaissance? Toi qui, comme moi, ne comprends pas toujours le pourquoi du comment de ce monde qui nous entoure. Je sais que ce lys t’aurait apporté autant de bonheur qu’il ne m’en a procuré,au détour du chemin, au moment de  sa découverte.

Vous vous êtes reconnus?

Je vous offre à tous deux une pluie d’étoiles pour votre bonheur.