recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Utile

Rythmes scolaires : les français seront consultés

À lire dans le Figaro:

Le ministre Luc Chatel installe ce lundi un comité de réflexion sur le sujet.

Une vaste consultation nationale devrait être lancée par le biais de débats dans les académies, collèges et lycées sur les rythmes scolaires. L’avis des Français devrait être aussi sollicité sur ce sujet qui concerne l’ensemble de la société. Parallèlement, le comité de pilotage sur les rythmes scolaires, nommé ce lundi par Luc Chatel, auditionnera les syndicats, parents d’élèves, lycées, autorités religieuses, professionnels du tourisme et scientifiques. Les expériences menées à l’étranger seront scrutées avec attention. L’expérience innovante tentée dans un lycée de Meaux (cours le matin et sport l’après-midi) sera au centre de l’attention puisque cent lycées l’appliqueront à leur tour l’an prochain. Selon un sondage publié ce lundi dans Metro, 71% des Français sont favorables à cette organisation. Selon un sondage LH2, 58% d’entre eux verraient favorablement une réduction des vacances d’été au profit d’un allègement des journées de travail.

«Ma réflexion sera avant tout centrée sur l’intérêt de l’enfant», affirme Christian Forestier, président du comité de pilotage sur les rythmes scolaires. Cet administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers et membre du Haut Conseil de l’éducation est une personnalité marquée à gauche, qui a été directeur de cabinet de Jack Lang. Successivement recteur, président d’université, directeur des collèges et lycées mais aussi de l’enseignement supérieur, il connaît tous les rouages du système éducatif et s’est «très souvent intéressé à cette question des rythmes » du fait de ses fonctions. À ses côtés travailleront une vingtaine de personnes aux profils divers : d’autres personnalités marquées à gauche comme le sociologue Éric Debarbieux, décidément apprécié, a déjà été chargé par Luc Chatel d’une commission sur les violences scolaires, mais aussi Roger Bambuck, ancien secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports.

À droite de l’échiquier politique, Patrick Gérard, le recteur de Paris et un représentant de l’Institut Montaigne. L’OCDE et la Commission européenne sont également représentées ainsi que la SNCF. «Nous avons voulu une commission large, ouverte et consensuelle dans laquelle toutes les sensibilités pourront s’exprimer», explique- t-on dans l’entourage du ministre.

Tous les thèmes seront abordés

Parti du constat que le système scolaire français est l’un des plus déséquilibrés d’Europe avec l’un des plus grands volumes d’heures de cours mais réparties sur un nombre de jours parmi les plus réduits, le ministre de l’Éducation nationale estime que les journées de classe «trop longues» apportent un stress, une fatigue excessive et des résultats scolaires peu probants. L’idée est d’améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves. Tous les thèmes seront abordés : la durée et l’organisation des journées de cours, celle des semaines, des vacances et de l’année. Aménager les rythmes ne signifie pas que les heures de cours seront forcément diminuées. Il s’agit avant tout de mieux les répartir. Selon Georges Fotinos, membre de la commission sur les rythmes scolaires et ancien responsable de ce sujet au ministère, deux options sont envisageables : garder le même calendrier mais réduire le volume d’enseignements. Autre possibilité, raccourcir de deux semaines les congés d’été, à volume d’enseignements égal, dans le but d’alléger la journée et de mieux répartir le temps dans la semaine.

Les chronobiologistes affirment que les élèves apprennent mieux au printemps et en été, lorsque les conditions climatiques sont clémentes. Aussi estiment-ils opportun d’allonger la durée des vacances de la Toussaint lorsque les élèves sont vraiment fatigués et de créer une période de repos en mai pour neutraliser les ponts qui «saucissonnent» le rythme scolaire à cette période.

Publicités

Dramatique pour l’école : Les documents « secrets » du ministre révèlent la volonté du gouvernement de démanteler l’école.

Information du SNUIpp

Carte scolaire rentrée 2011 : Rased, maternelle, effectifs par classe, formation… Aucun enseignant ne sera épargné par les mesures Chatel qui frapperont d’une façon ou d’une autre les écoles

Alors que la Cour des comptes vient de dénoncer l’insuffisance du pourcentage du PIB consacré à l’école primaire et d’indiquer que le nombre d’élèves poursuit son augmentation, le ministre demande, dans un document interne adressé aux recteurs d’académie en vue de la préparation de la rentrée 2011, l’examen et le chiffrage d’hypothèses inacceptables et insupportables pour l’avenir des élèves.

La volonté affichée « de ne pas dégrader les performances globales » ne se révèle être qu’un voeu pieux lorsque l’on étudie une à une la poursuite des mesures engagées et les décisions nouvelles.

Il s’agit au contraire avec le schéma d’emploi 2011-2013 d’une véritable hémorragie d’emplois envisagée dans les écoles élémentaires et maternelles qui n’a qu’un but : ne pas remplacer un enseignant sur deux partant en retraite.

Tout d’abord, voici un diaporama intéressant sur le fait que pour la première fois ( ?) le MEN demande au « terrain » lui-même de déterminer le volume des postes qui disparaîtront à la rentrée 2011.

Voir en ligne en cliquant ici.

– Développer l’enseignement des langues vivantes ?

Le ministère propose la suppression d’un millier de postes d’assistants étrangers.

Télécharger la fiche 5 – Intervenants extérieurs en langue vivante et assistants étrangers dans le premier degré

– Faire bénéficier à tous les élèves qui en ont besoin de l’intervention d’un RASED ?

Le ministère propose de ne recruter aucun maître G, aucun psychologue scolaire et un minimum de postes E.

Télécharger la fiche 4- Sédentarisation des enseignants « hors la classe »

– La réforme de la formation des enseignants est marquée par un affaiblissement sans précédent de la formation professionnelle ?

Le ministère considère la formation continue comme la principale variable d’ajustement et demande l’organisation de la formation continue en dehors du temps de travail ou pendant les vacances scolaires !

– Les classes sont plus chargées en France que dans les autres pays européens ?

Le ministre demande aux recteurs de travailler sur une hypothèse d’une remontée du nombre moyen d’élèves par classe qui se traduirait par la suppression de 6000 à 7000 postes !

Télécharger la fiche 1 – Augmentation de la taille des classes dans le 1er degré »

– La loi prévoit la possibilité d’une scolarisation des deux ans notamment dans les zones d’Education Prioritaire : le ministère demande une nouvelle baisse du nombre de places en maternelle en ne tenant pas compte du nombre de moins de trois ans y compris en Zone Éducation Prioritaire !

Télécharger la fiche 3 – Baisse de la scolarisation des enfants âgés de deux ans »

– Le nombre d’enseignants est insuffisant pour effectuer les remplaçants d’enseignants en congé de maladie ou de maternité ?

Le ministre prévoit de faire appel à des vacataires non formés !

Télécharger la fiche 2- Réduction du besoin de remplacement dans le 1er degré »

Ces mesures, si elles se confirmaient, se traduiraient par des milliers d’enseignants des écoles manquant devant les élèves lors des rentrées 2011, 2012 et 2013.

Le président de la république veut-il devenir le champion de « l’absentéisme des enseignants » dans les écoles ?

Le SNUipp demande au ministre de l’Education Nationale de rendre publiques les mesures envisagées : en effet l’école est le bien de tous et l’organisation de la rentrée 2011 doit s’effectuer dans la transparence.

Enseignants, parents, élus et citoyens doivent pouvoir connaître les conséquences des décisions prises en matière budgétaire.

Le SNUipp rappelle qu’il demande l’abandon du dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui part en retraite.

Dès le mois de juin, il appelle les enseignants des écoles à participer aux initiatives qui seront décidées en faveur de l’emploi. Il proposera à toutes les organisations et associations partenaires de tenir une initiative d’ampleur nationale en faveur de l’école.


Une année au concert

Destinée aux classes de cycle 2, cette production a pour but de présenter, pour chaque semaine de l’année scolaire, un répertoire musical éclectique.

À chaque extrait musical (un CD) est associée une question adaptée à l’âge des élèves. Même sans ou peu de compétences musicales, l’enseignant peut donc mener des activités d’écoute musicale grâce à cet outil.

L’enseignant trouvera des pistes pédagogiques à exploiter qui se rapportent à des domaines très divers.

Personnellement, j’utilise cet outil qui suscite l’intérêt des élèves et leur curiosité.


Reconnaissance du métier d’AVS

Enfants handicapés et AVS : AVS : une pétition en ligne unitaire syndicats – associations pour la professionnalisation de cette mission

Suite aux interpellations et mobilisations, le gouvernement mettait en place à la hâte, à la rentrée 2009, un dispositif de reprise de certains AVS arrivant au terme de leur contrat, assorti de l’ouverture de discussions sur la professionnalisation de la fonction.

Si le dispositif de reprise a très rapidement montré ses limites (quelques dizaines de bénéficiaires sur 5000 AVS concernés !), les discussions se sont déroulées pendant plusieurs semaines et ont suscité un réel espoir pour les personnels, les familles des élèves en situation de handicap et la communauté éducative.

Elles ont en particulier montré la nécessité d’un service départemental de l’accompagnement du jeune handicapé, en capacité d’intervenir, selon les besoins, sur tous les temps de la vie sociale.

Faisant fi de cette concertation, le Secrétariat d’Etat de la famille et de la solidarité faisait savoir unilatéralement fin mars qu’il abandonnait le principe de la professionnalisation, laissant les 20 000 AVS dans la précarité, se contentant d’adapter le dispositif de reprise en l’élargissant aux SAAD (Services à la personne).

Cette situation est inacceptable et a conduit les organisations syndicales et les associations du handicap à rechercher les moyens d’une intervention commune pour exiger ensemble la ré-ouverture des discussions sur la professionnalisation et mettre fin à la précarité qui pèse sur les personnels comme sur les familles des jeunes en situation de handicap.

C’est le sens de la pétition que nous vous invitons à signer et à diffuser largement. « www.pourlemetieravs.org »

(SNUIpp-SNU)


Page de cahier lignes Seyès

Pour la création d’exercices où les élèves ont des réponses à écrire, j’insère (copier/coller) ce document qui reprend le lignage du cahier habituel. Comme c’est une image, elle est modifiable en taille.