recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Mes coins « jardinage »

« Magnolia for ever »

Je vous l’avoue : mon arbre préféré et d’un entretien facile apparemment : juste un paillage pour l’hiver qui est assez rigoureux dans ma région.

Deux années qu’il est planté et il me ravit déjà. Dommage que ses fleurs soient de si courte durée…

Pour information :

  1. L’écorce des magnolias possède des propriétés médicinales utilisées et reconnues depuis des siècles par les Asiatiques.
  2. Leur bois est considéré comme précieux, il est résistant et facile à travailler.

Publicités

Cerisier prometteur

Sa merveilleuse floraison blanche nous annonce, je l’espère, l’arrivée et l’installation du printemps : ces petites fleurs blanches apparaissent avant le feuillage.

Si chaque fleur est à l’origine d’un fruit, l’été promet de nous régaler…

Le saviez-vous?

  • Sur le plan botanique, la cerise est une drupe, c’est à dire un fruit charnu renfermant un noyau.
  • « Burlat »est la cerise de table la plus cultivée. Cette variété doit son nom à M. Léonard Burlat qui l’a sélectionnée dans un semis.
  • Dans le langage des fleurs, le cerisier exprime la bonne éducation et dans le langage amoureux une déception.
  • Chez les populations slaves, le cerisier est considéré comme un arbre maléfique. Les anciens lituaniens considéraient que le diable était le gardien du cerisier. Les démons des mythologies allemandes et danoises se cacheraient souvent dans des vieux cerisiers.
  • Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Japonais croyaient que les âmes de leurs soldats se réincarnaient dans les fleurs du cerisier.
  • On dit que le Christ donna une cerise à Saint-Pierre, en lui recommandant de ne pas mépriser les petites choses et de s’attacher aux détails et à leur signification.

Sans oublier la fameuse chanson de J-B Clément  » le temps des cerises « 

 

 


Pluie, vent et froid

Malgré le week-end désagréable de ce 15 août, les bégonias continuent leur floraison, trèfle et pissenlit aussi…


Fuchsias et oeillets d’Inde

Les fuchsias du nom du botaniste allemand Leonhart Fuchs font partie de la famille des Onagracées.

Plantés en pleine terre au printemps 2009, ils doivent être arrosés abondamment après la plantation et enrichis en terreau organique.

Ils supportent bien le soleil dans notre région, par contre, plus au Sud, il est préférable de les planter dans un milieu semi-ombragé.

Dans notre région où les hivers sont rigoureux (d’autant plus cette année), j’ai taillé mes fuchsias à l’automne et mis sur les plants un voile d’hivernage. Au printemps, après les dernières gelées, j’ai de nouveau coupé les petites branches qui avaient également séchées.

Hormis un peu d’eau si l’été est trop sec, cette plante me convient très bien puisqu’elle ne demande pas d’entretien difficile ou contraignant!!

Les voici:

……………………………………………………………………………

Quant aux petits plants d’oeillets d’Inde que j’avais planté il y a 1 mois 1/2, les voilà en fleurs. Je garderai les graines une fois les fleurs séchées afin de faire de nouveaux semis pour l’année prochaine.


Cadeau

J’ai reçu cette magnifique plante (merci): Un ananas comosus, famille des Broméliacées.

Ne connaissant pas les soins à lui prodiguer, j’ai cherché sur le net, je vous fais part de mes résultats.

L’ananas a besoin de beaucoup de lumière. A la lumière indirecte, la plante croisse bien mais ses couleurs sont plus ternes. Sous l’action du soleil, les espèces panachées ont des feuilles beaucoup plus colorées.

L’ananas a certaines exigences en matière de chaleur et d’humidité. Il demande des arrosages très réguliers. N’utilisez jamais de lustrants et évitez-lui les courants d’air. SI le bout des feuilles brunit et sèche, coupez-le aux ciseaux juste au-dessus des tissus sains.

Ces plantes exigent un milieu chaud (supérieur à 15° toute l’année), et beaucoup d’humidité. Il est conseillé de les placer sur une couche de cailloux humide et de les bassiner régulièrement.

En été, arrosez régulièrement, suffisamment pour humidifier complètement le mélange. Laissez se dessécher sur quelques centimètres avant d’arroser de nouveau. Ne jamais laisser d’eau stagner dans la soucoupe. En hiver, arrosez un peu moins, de manière à ce que le compost s’assèche d’un tiers environ.

Faire des apport d’engrais liquide ordinaire tous les 15 jours et pendant toute l’année.

L’ananas ayant des racines peu développées, il aura rarement besoin d’un pot de plus de 15 à 20 cm. Si le besoin s’en fait sentir, rempotez au printemps, de préférence dans un pot en terre pour une meilleure stabilité, et dans un mélange composé d’un volume égal de feuilles hachées grossièrement et de tourbe, ou de terreau de feuilles non calcaire et de tourbe. Ajoutez un peu de sable pour assurer un meilleur drainage.

L’ananas se vend d’ordinaire dans des pots de 10 cm et pourra y rester indéfiniment.



Rosier nain


Pour la petite histoire : Steph m’a offert l’année dernière un petit rosier nain au début de l’été. N’ayant pas la main verte pour les plantes d’intérieur, je ne pensais jamais pouvoir le conserver. Il est resté dans son pot d’origine tout l’été sur ma terrasse avec un arrosage permanent et une mise en garde contre les pucerons (ma recette bio à base d’eau savonneuse). À l’automne, je l’ai rentré au garage où j’ai continué à l’arroser régulièrement en enlevant les fleurs fanées. Il a donc passé l’hiver dans ces conditions.

Au début du printemps, je l’ai rempoté, lui ai apporté un peu d’engrais et dès que les premières chaleurs sont arrivées, il a repris sa place sur la terrasse. Il s’y plaît puisque le voilà en fleurs.


Hémérocalle

J’ai acheté, lors d’un vide-grenier, à l’automne, un Hémérocalle.

Pour l’anecdote, je n’avais rien compris au nom, je l’avais donc appelé « Jamiroquai » et il est resté ainsi surnommé…

Le nom d’Hémérocalle vient du grec hemero : un jour et kallo : beauté. On peut donc poétiquement l’appeler «beauté d’un jour ».

L’hémérocalle (Hémérocallis) fait partie de la famille des Liliacées, on l’appelle lis d’un jour, car sa fleur est de courte durée (elle ne dure guère plus de 24 heures) et ressemble au lis, mais le feuillage est totalement différent. Les fleurs de l’hémérocalle  se succèdent pendant plusieurs semaines selon la grosseur de la touffe.

Lorsqu’il se plaît, il se développe et forme de grosses touffes. C’est une plante robuste qui ne pose guère de difficulté et qui peut pousser dans des sols très pauvres. Le notre est planté dans une butte avec très peu de terre végétale. Aussi lui ai-je apporté un peu d’engrais au début de l’apparition des premières feuilles ainsi que du compost bien haché.

Après la floraison, il faut enlever les hampes florales pour éviter une montée en graine qui affaiblira la tige.