recettes, coups de coeur, jardinage…et le coin des instit

Mon potager

Récolte d’échalotes

Il n’y a plus qu’à attendre qu’elles sèchent pour la conservation. C’est un menu plaisir mais de savoir qu’elles ont été plantées dans une terre saine sans apport d’engrais ou autres cochonneries, les plats qu’elles relèveront n’en seront que meilleurs !!


Première récolte de haricots verts

C’est parti…

Pour ma part, je les congèle tels que, une fois effilés, puis lavés. Je les mets à sécher sur un torchon et ensuite direction le congélateur dans un sac.

Je les ressors selon les besoins et les cuisine comme s’ils étaient frais.


Et si on visitait le potager?

Les courgettes se forment: Il existe pour la courgette (famille des Cucurbitacées) différentes couleurs. La plus connue est bien sûr la verte mais cette année, j’ai choisi un plant de courgettes de couleur jaune qui sont beaucoup plus douces que la courgette verte.

………………………………………………………………………

Du côté des haricots verts nains (variété sans fils, de la famille des Fabacae), ça explose: ils sont en fleurs et déjà quelques minuscules fruits font leur apparition.

………………………………………………………………………

Les pieds de tomate n’ont pas trop souffert de la pluie et du froid de début mai, mildiou ne t’installe pas dedans je te prie!!!

………………………………………………………………………

Même si vous êtes envahissantes, vous, les liserons ou autres renoncules, j’apprécie votre beauté.


Ciboulette

Un plant acheté dans le commerce est venu se joindre à d’autres dans le potager.

La ciboulette (Allium schoenoprasum) fait partie de la famille des Alliacées.

Conseils pratiques

Sous la main…
Il n’y a pas de culture plus facile que celle de la ciboulette, dans un tout petit coin de parterre ou dans un pot de fleurs. Celle installée en pleine terre continuera à produire année après année.
  • Disponibilité. On trouve aujourd’hui de la ciboulette fraîche dans la plupart des épiceries.
  • Conservation. Les feuilles se conservent une semaine au réfrigérateur : l’idéal est de les mettre dans un linge humide que l’on rincera chaque jour. J’essaierai de placer quelques feuilles au déshydrateur histoire de voir si la saveur est conservée.
  • Au congélateur. On peut congeler les feuilles en les mettant, coupées, dans le bac à glaçons et en les recouvrant d’eau. On n’aura qu’à laisser fondre un ou deux glaçons pour récupérer la ciboulette nécessaire à une recette.

La ciboulette convient particulièrement bien pour aromatiser les omelettes, les salades et les pommes de terre . On en saupoudre aussi sur des tranches de tomates fraîches ou sur les potages, comme la crème d’asperges.

Il est difficile d’évaluer les effets des aromates de la famille de la ciboulette sur la santé parce que la quantité consommée est toujours très faible. Mais l’ajout régulier d’échalote, d’ail, d’oignon, de ciboulette à certains plats permet quand même de contribuer, ne serait-ce que de façon minime, à l’apport en antioxydants (substances capables de neutraliser ou de minimiser les dommages causés par les radicaux libres dans l’organisme: les principaux antioxydants naturels sont les vitamines C et E).

Pour la petite histoire:

Le lait à la ciboulette: Les colons hollandais plantaient de la ciboulette dans leurs pâturages afin que le lait des vaches en soit parfumé.



La menthe poivrée

De son vrai nom Mentha piperita, la menthe fait partie de la famille des Lamiacées.

En gastronomie: elle délivre une sensation de fraîcheur dans l’assiette: épatante avec les légumes, savoureuse avec les céréales (semoule, quinoa) pour un taboulé, magnifique avec les fruits de saison tels que la pêche, les fraises, le melon…

En phytothérapie: elle s’utilise soit par les feuilles fraîches ou séchées, soit en huiles essentielles.

Par voie interne

1 – Troubles digestifs

  • Infusion : Infuser, pendant 10 minutes, 1 c. à soupe de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante. Prendre  3 à 4 tasses par jour, entre les repas ou comme digestif.
  • Huile essentielle : Prendre 2 à 4 gouttes d’huile essentielle diluée dans un peu d’huile végétale, trois fois par jour. Ne soyez pas étonné par la forte saveur de menthol qui peut surprendre les papilles!!

2- Infections respiratoires

  • Huile essentielle : Prendre 2 à 4 gouttes d’huile essentielle diluée dans un peu d’huile végétale, trois fois par jour.

3- Intestin irritable

  • Huile essentielle en capsules ou comprimés entérosolubles*: Prendre 0,2 ml (187 mg), trois fois par jour, avec de l’eau, avant les repas.

    *L’enrobage des capsules et comprimés entérosolubles résiste aux acides gastriques, ce qui fait que la substance active n’est libérée que dans l’intestin.

Par voie externe

Attention

  • Ne pas utiliser l’huile essentielle en usage topique chez les enfants, notamment près du nez et des voies respiratoires, car elle peut provoquer des spasmes du larynx ou des bronches.
  • L’huile essentielle pure, lorsqu’elle est appliquée près des yeux, peut les irriter temporairement. Bien se laver les mains après une application externe.

1- Infections respiratoires

  • Huile essentielle : Frictionner la poitrine, au besoin, avec une des préparations pour usage externe mentionnées ci-dessous. On peut aussi verser 3 ou 4 gouttes dans de l’eau très chaude et inhaler les effluves.

2- Maux de tête

  • Masser le front et les tempes avec une des préparations topiques mentionnées ci-dessous. Répéter toutes les 15 ou 30 minutes, au besoin. Ne pas appliquer trop près des yeux.

3- Démangeaisons cutanées, douleurs rhumatismales, névralgiques ou musculaires

  • Frictionner la partie atteinte avec une des préparations mentionnées ci-dessous. Répéter au besoin.
Préparations pour usage externe

– 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle, pure ou diluée dans un peu d’eau tiède ou d’huile végétale.
– crème, huile ou onguent contenant de 5 % à 20 % d’huile essentielle.
– teinture contenant de 5 % à 10 % d’huile essentielle.
– Pour les applications sur la muqueuse nasale : onguent nasal contenant de 1 % à 5 % d’huile essentielle.


Au potager, ça donne quoi?

Le temps n’est pas propice au moral mais les semis ou plants mis au potager ne semblent pas trop souffrir de la pluie et du froid (moins que moi, toujours est-il!)

Les radis:

Les échalotes:

La laitue (semis)

Les haricots (graines plantées le jour de la St Didier, comme le veut le dicton)

La courgette est en fleurs

Finalement, tout va bien…

La nature procure du bonheur, c’est simple aussi. Inutile de chercher où et quand on le trouvera.


Le purin d’ortie

L’ortie, cette plante mal-aimée a de nombreuses vertus au jardin. Il est tout simple de  fabriquer du purin d’ortie. Pour cela, il faut faire macérer 1,5 kg de feuilles d’orties hachées grossièrement dans 10 litres d’eau (eau de pluie préférable) . J’utilise un seau en plastique avec un couvercle pour la macération que je laisse à une température entre 18°C et 20°C, pas en plein soleil. (C’est vrai que l’odeur est désagréable!!!)

Les orties doivent être cueillies jeunes c’est-à-dire avant qu’elles ne forment des graines.

Au bout d’une quinzaine de jours, on peut filtrer la macération en la passant dans un chinois.

Comment utiliser ce purin d’ortie ? Quelles sont ses utilités ?

  • Pour lutter contre les champignons ou les lichens il faut diluer 2 litres de purin pour 10 litres d’eau (encore une fois, l’eau de pluie est conseillée) et pulvériser sur le sol, ce qui s’avère très efficace pour lutter contre le mildiou. Avec ce dosage, vous pouvez également utiliser le purin d’ortie, riche en azote et en sels minéraux, comme engrais qui stimulera la croissance des plantes.
  • Pour lutter contre les pucerons ou acariens, il faut diluer cette fois 1 litre de purin pour 10 litres d’eau, c’est donc un très bon insecticide. On peut le pulvériser finement sur les feuilles des plantes.
  • Pour activer un compost, il peut être utilisé sans dilution.